Se connecter

La production de Ethic & Tropic se fait hors agglomération, totalement en dehors des circuits habituels de production et d'approvisionnement.
Plus qu'un objet artisanal, il s'agit bien d'une œuvre d'art unique née au cœur de la jungle.

Les objets que nous proposons sont fabriqués au cœur de la forêt et les femmes travaillent ensemble dans chaque village, librement et à leur rythme.
En famille ou en conversant avec les voisines, il n'est pas rare de voir les artisanes travailler dans les hamacs, bercées par la brise.
Essayez d'imaginer le rythme lent qui a accompagné le travail de création...

L'inspiration est puisée dans l'environnement proche, dans l'imaginaire individuel et collectif aussi.
Les femmes observent les océans, la forêt, les animaux qui les entourent, mais leurs rêves et leurs croyances jouent aussi un rôle important.

Chaque artisane est une artiste qui travaille d'après nature.

Imaginez le balancement du hamac, les cris des singes dans la forêt et les chants des nombreux oiseaux. Laissez vous gagner par cette ambiance. Il a fallu du temps et de la patience à l'artisane pour créer cette pièce. Prenez vous même le temps de le ressentir.

Les artisanes sont éparpillées dans les villages en amont des rivières, des petits villages coincés entre monts et forêts.  Pour aller les retrouver, il faut remonter ces fleuves en pirogue, sur des distances parfois très grandes, cela peut prendre beaucoup de temps, parfois  plusieurs jours.  Souvent il faut pousser la pirogue dans certains rapides, de l’eau jusqu’au hanches, se  tordant les chevilles sur les pierres qui longent ces rapides.

Laissez vous gagner par la magie de ces objets venus de très loin.

embera-wounaan

kuna

Les Emberas vivent dans la partie orientale du Panama et au nord de la Colombie. Ils conservent les traditions et la sagesse de leurs ancêtres. Un aspect important de la culture Embera est sa relation avec les esprits "hay" par l’intermédiaire des chamanes.

Les "hays" sont les esprits de la nature: ils habitent les rivières, la forêt, les animaux; ils sont présents dans chaque plante, chaque arbre. D’une certaine façon, ce sont des réminiscences des âmes des ancêtres.

Les masques que nous vous proposons sont tous élaborés par les femmes indigènes des ethnies Wounaan et Embera au cœur de la forêt tropicale.

Ces masques sont dérivés des rites chamaniques. Car pour les indiens "il n'y a pas de création inutile, il n'y  a pas d'art pour l'art, il n'y  a que des fonctions". Ces masques ont donc une fonction...

Les indiens divisent le monde en deux, un monde visible et un monde parallèle et invisible. "La grande supériorité de ce monde parallèle, de cet univers d'ombres, écrit Jean Marie Le Clézio c'est qu'il peut voir les hommes alors que les hommes, eux ne peuvent le voir". Ils vont donc inventer des façons d'entrer en communication avec ce monde parallèle.

Les indiens Kunas sont connus pour leur production artistique extrêmement colorée et envôutante: les molas.

L’origine des molas vient de la tradition ancestrale des femmes Kunas de se couvrir le corps de peintures géométriques en utilisant les couleurs naturelles disponibles.

Peu à peu, elles ont reproduit ces dessins sur des chemises de type occidental (imposées ou copiées), créant non seulement une parure originale mais aussi un graphisme et des jeux de couleur totalement inédits. Ce sont d’authentiques œuvres d’art réalisées avec la technique de l’appliqué inversé sur des tissus superposés de différentes couleurs. La mola est le témoignage d’un art amérindien qui a environ un siècle d’ancienneté.

Les molas sont cousues sur un chemisier, chemisier qui est porté avec un tissu enroulé autour de la taille et qui sert de jupe: le Saburet. Les molas, réalisées exclusivement par les femmes, sont d’une extraordinaire créativité et d’une exceptionnelle qualité esthétique.

L’inspiration est puisée dans l’environnement immédiat (plantes, animaux) mais les molas racontent surtout les mythes et les légendes Kunas et nous livrent d’étranges figures de métamorphoses, labyrinthes, démons et autres êtres fantastiques.

C’est un art inspiré par les dieux et les «duendes» (les elfes).